Quelques mots sur moi...

Mon nom est Thierry Carrère, je suis sourcier professionnel et excerce depuis une dizaine d'années.

Je suis recommandé par des foreurs, des puisatiers, des géothermiciens ou encore des paysagistes.

J'interviens partout en Aquitaine en Gironde.

Je peux aussi répondre à toute demande provenant de toute région ou de tout pays en établissant un diagnostic sur plan cadastral.

Lors de mon intervention, chez vous ou d'après un plan cadastral, je localise les veines sur votre terrain, et vous donne avec précision leur débit et leur profondeur

Qu'est ce qu'un sourcier ?

Un sourcier (ou rhabdomancien) n'est autre qu'un radiesthésiste, dans le sens où il utilise un outil tel que la baguette ou le pendule pour amplifier sa perception personnelle.

Cet outil qui fait donc office d'antenne va lui permettre de reconnaître la fréquence vibratoire d'une eau de source.
Pour ma part, j'ai la particularité de faire un diagnostic à l'aide seul du pendule, c'est à dire pour le débit et la profondeur comme le font déjà un certain nombre de sourciers, mais également pour la localisation de la veine.
 
S'agit-il d'un don ?
 
Sans vouloir sombrer dans la fausse modestie, je fais partie de ceux qui pensent que cet art, dans l'absolu, est accessible à tous.
Pourquoi cela ?
Parce que tout simplement il se travaille...et que c'est une évidence de dire que c'est en forgeant que l'on devient forgeron !
Certes, si cette fameuse perception personnelle que j'évoquais plus haut est sans doute plus développée que la moyenne chez un sourcier, comme le talent gustatif l'est chez le sommelier ou encore l'odorat chez le parfumeur, pour autant, chacun à la possibilité d'aller à la découverte de sa propre perception... 
 
La radiesthésie et la science.
 
Aaah ! La science...
Dieu qu'elle est utile et Dieu que ses adeptes sont, pour beaucoup encore, frileux...
A leur décharge, il faut bien admettre que l'on ne se défait pas d'un simple claquement de doigt du fondement principal sur lequel la science s'est construite jusqu'alors : comme Saint Thomas, elle ne croit que ce qu'elle voit !
 
Mais, petit à petit, les choses changent...
 
En effet, que ce soit les récentes découvertes de la physique quantique, l'entrée dans notre société occidentale depuis quelques décennies maintenant de certaines pratiques et traditions orientales, l'intérêt qui s'accroit pour les traditions des civilisations antiques, amérindiennes ou celtes par exemple, ou bien encore ce besoin chaque jour un peu plus grand et un peu plus fort qui pousse certains d'entre nous, toujours plus nombreux, à un retour à l'authentique, tout concourre à un bousculement des vieilles certitudes.
 
Car il est un champ bien plus vaste, à vrai dire infini, que celui limité aux cinq sens rationnels de la perception humaine.
Un champ où, de l'autre côté du voile carthésien contenant tout le savoir du Monde, s'ouvre un espace des possibles...
 
Croire en la radiesthésie, qui n'est modestement qu'une voix parmi tant d'autres, revient à s'ouvir à l'exploration de ce champ-là.
 
La sourcellerie est-elle fiable ?
 
Malgré ce que je viens d'évoquer, certains d'entre vous, désireux de faire appel à mes services, ne manqueront pas de me demander à quel pourcentage j'évalue mon taux de réussite.
Evidemment je ne peux que les comprendre vu que la science, justement, sans pour autant nier en bloc la radiesthésie, ne sait aujourd'hui la prouver par A+B ou la définir d'un bel axiome ou autre formule mathématique.
 
Il en est ainsi, la radiesthesie demeure en partie, à ce jour en tout cas, une science irrationnelle !
Elle est en quelque sorte comme le nombre PI, par exemple, qui existe bel et bien sans que l'on puisse pour autant figer sa décimale.
Partant de là, la seule façon d'apprécier le terme de fiabilité en ce qui concerne la sourcellerie c'est de s'en tenir aux résultats de ceux qui la pratique, les sourciers, le reste n'étant que philosophie...